Quelles sont les branches qui embauchent le plus aisément?

#1 20 Janvier 2013 17:37:06

yoann.T
yoann.T
Samut Prakran

Quelles sont les branches qui embauchent le plus aisément?

Bonjour,

je suis actuellement en France et j'aimerais travailler en Thaïlande cet été et je voulais savoir quelles étaient les branches de métier les plus porteuses là-bas??
Merci.

Yoann

#3 21 Janvier 2013 22:07:01

yoann.T
yoann.T
Samut Prakran

Re: Quelles sont les branches qui embauchent le plus aisément?

Merci Armand pour ta réponse.
Je travaille dans la restauration, je passe mon CAP cuisine en juin prochain. J'ai aussi des compétences dans l'encadrement des enfants et adolescents, je possède mon BAFA.
Du coup, j'aimerais trouver un emploi dans la restauration quel qu'il soit ou alors dans l'enseignement de la langue française.
Pourrais tu m'éclairer sur les secteurs qui recrutent?

Yoann

#4 22 Janvier 2013 03:06:37

chsna

Re: Quelles sont les branches qui embauchent le plus aisément?

Salut Yoann, trouver un job en thailande relève du parcours du combattant et ce quelque soit tes compétences.
A profil équivalent une companie thai embaucheras un Thai.
Mêmes les boites françaises envoient de moins en moins d'expat ici .
Pour répondre à ta question , déjà tu peux bannir les mots "aisément et facilement" de ton language en parlant de la recherche d'emploi en Thailande.
Les secteurs commerciaux "sales manager, executive manager" offrent des postes à discrétion, destinés à des cadres.

Saches qu'en pratique pour travailler ici tu dois venir muni d'un visa Non imigrant type B et donc bénéficier du soutien d'une entreprise.Ensuite il faut décrocher le work permit.
c'est l'officiel, mais beaucoup viennent en premier lieu avec un simple visa touriste pour chercher un job.

Pour terminer sur tes compétences, prof , restauration , garde d'enfant.Des expats surement plus qualifiés que toi galèrent à trouver quelque chose ici.
Ce qui fait la différence ce sont des spécificités bien française telles : Oenologue, patisserie fine...


Voilà , loin de moi l'idée de te décourager mais visiblement tu es à mille lieux de la réalité du marché du travail ici.
Renseignes toi bien, viens ici en vacances et pourquoi pas  commences à prendre des contacts.
Tu peux assister à des ateliers de recherche d'emploi auprès de la chambre de commerce franco-thai.
Celà permet d'acquérir une vision réelle du marché.
bon courage

Dernière modification par saichon (22 Janvier 2013 04:10:08)

#5 22 Janvier 2013 11:42:04

peterhof123
peterhof123
Rennes

Re: Quelles sont les branches qui embauchent le plus aisément?

Bonjour Yoann,

Sans vouloir te décourager, la réponse que t'as fait Saichon correspond malheureusement bien à la dure réalité des choses concernant les opportunités d'emploi pour les français en Thailande.



Je te laisse lire ci-dessous, un article sur le sujet qui vient de paraître sur le site bien connu des français de Thailande, www.gavroche-thailande.com. Il donne une bonne vision du marché de l'emploi possible pour nous français.

Thaïlande : un marché de l’emploi ouvert aux Français ?

La Thaïlande jouit en France, depuis plusieurs décennies, d’un vrai pouvoir d’attraction qui pousse de nombreux Français à s’y rendre pour chercher du travail. A une France en crise où le chômage semble aussi endémique que la dengue en Thaïlande, et où l’on répète à l’envie que l’ascenseur social est en panne, on oppose une Thaïlande dynamique, pleine d’opportunités pour des Français souvent qualifiés, dans un pays où le coût de la vie peu élevé fait rêver. Mais qu’en est-il vraiment une fois le pas franchi ?

Accompagnant les Français qui le souhaitent, l’une des missions du service emploi de la Chambre de Commerce Franco-Thaïe (FTCC) consiste à informer le demandeur sur le droit du travail local. Et, bien souvent, c’est la désillusion : la Thaïlande, pays où la vie semble si facile, n’est pas aussi ouverte et pleine d’opportunités qu’il n’y parait. L’emploi des étrangers est soumis à une législation contraignante pour le demandeur, comme pour les entreprises. « Certains Français arrivent avec une vision idyllique de la Thaïlande, commente Faustine Glairon-Mondet, responsable du service emploi de la FTCC. Bien connaître le cadre législatif du travail est alors indispensable pour mesurer la faisabilité de ces projets. » Seuls les plus motivés, avec un projet qui répond aux besoins réels du marché local, ont une chance. Pour les autres, il n’y a pas d’autres alternatives que l’abandon… ou le travail illégal, source de risques.

Trouver un emploi en Thaïlande n’est donc pas simple. De nombreuses professions ne sont pas ouvertes aux étrangers, même très qualifiés. L’Alien Employment Act établit une liste de 39 activités interdites aux étrangers, parmi lesquelles la médecine ou la comptabilité et de nombreux métiers artisanaux (menuisier, maçon, coiffeur, chauffeur-livreur, etc). Certains secteurs sont aussi difficiles d’accès pour des raisons de fossé culturel, comme les professions juridiques, la communication ou les ressources humaines. Les Français doivent enfin faire face à la concurrence, puisqu’Occidentaux et Japonais se bousculent au portillon.

Les Français ont cependant des atouts, et le « Thai Dream » reste possible ! Ils sont souvent qualifiés et plus de 50% d’entre eux ont de longues études derrière eux (voir encadré). Les profils commerciaux, mobiles à l’international et polyglottes sont les plus recherchés. Viennent ensuite les ingénieurs, souvent bien formés dans les grandes écoles françaises. Enfin, les personnes expérimentées, capables d’assurer des fonctions de direction ferment la marche. Le secteur de l’industrie en Thaïlande représente environ 50% des recrutements de Français. Viennent ensuite le secteur médical, cosmétique (où les entreprises françaises se taillent la part du lion avec 62% des importations), aéronautique, de la bijouterie, du conseil, des hautes technologies, de l’hôtellerie et du textile. Fort de dix ans d’expérience dans la vente et le marketing, Thomas est de ceux à qui la Thaïlande a souri : «J’ai commencé mon emploi actuel après à peine trois mois de recherche. Je pensais que cela allait être plus difficile. »

La Chambre de Commerce travaille aussi régulièrement à aider les Français dans leur recherche d’emploi, via des ateliers «CV et lettres de motivation» ou des entretiens individuels et personnalisés avec un conseiller. Ce service possède également un réseau de 270 entreprises membres, avec qui elle peut intervenir en termes de placement. En 2011, 38 Français accompagnés par la FTCC ont trouvé un emploi en Thaïlande, 55 en 2012. Cette assistance aide le demandeur à faire le point sur ses démarches et le réalisme de ses attentes. Ce que confirme Thomas : « La FTCC a été d’une grande aide. J’ai pu recevoir de réels conseils me concernant. A partir de ce rendez-vous, c’est toute ma démarche de recherche d’emploi en Thaïlande qui s’est vu confirmée.»

Le service emploi compte également créer des ateliers« networking », « une pratique souvent étrangère à la mentalité française et pourtant indispensable si l’on veut trouver du travail en Thaïlande, affirme Faustine Glairon-Mondet. Beaucoup n’en on pas conscience, mais chaque individu a en moyenne un réseau de 500 personnes. Faire évoluer les demandeurs d’emploi sur leur perception restrictive et parfois erronée du networking fait aussi partie de notre approche. »

Etudiants ou candidats expérimentés, nombreux sont ceux qui dressent le même constat : groupes Facebook, réseaux étudiants ou professionnels, amis, famille…, ils ont pour la plupart pu coincer la porte du pied grâce à leurs relations. «J’ai trouvé mon stage depuis la France sur un groupe Facebook de mon école », confirme Stéphanie, en stage dans une grande agence de voyage à Bangkok.

Même son de cloche pour les profils plus expérimentés comme Florence, ingénieure en automobile, qui cherche un emploi depuis novembre. « Lors de l’atelier à la CCFT, cette notion a particulièrement été mise en avant et j’étais intriguée de l’importance accordée au networking. Les principales difficultés sont de créer son réseau et de connaitre les entreprises qui recrutent. »

A chacun sa méthode. Thomas, lui, est arrivé à Bangkok sans connaître personne. « En Thaïlande pour chercher du travail, il faut surtout compter sur soi et être précis dans sa démarche, faute de quoi on peut chercher pendant des années… Le réseautage est forcément un atout, mais ne vaut rien si l’on ne sait pas s’en servir. Ce n’est pas la garantie d’obtenir un emploi. »

Travailler au pays du sourire lorsque l’on est Français n’est donc pas une promenade de santé. Il faut tordre le coup à cette vision idyllique qui conduit souvent de nombreux Hexagonaux à croire que l’emploi qu’ils ne trouvent pas en France les attend en Thaïlande. Nécessité du networking, pans entiers du marché du travail fermés aux étrangers, législation drastique, concurrence rude entre expatriés… Oui, la Thaïlande a besoin de ces farangs qui viennent apporter les compétences et le savoir-faire des pays développés, mais les places sont chères et ne sont qu’à la portée des profils les plus brillants et les plus ambitieux. Français, tenez-vous le pour dit : le pays du sourire ne sourit qu’aux audacieux

5 membres en ligne en Thailande

Assurance santé expatrié Thailande
Conseils pour bien choisir votre assurance santé en Thailande.
>> Cliquez ici
Assurance voyage Thailande
Voyagez en toute sécurité avec une assurance voyage Thailande.
>> Cliquez ici
Déménagement en Thailande
Conseils de professionnels pour préparer votre déménagement en Thailande.
>> Cliquez ici
Billet d'avion Thailande
Les meilleurs prix pour votre billet d'avion Thailande.
>> Cliquez ici